TeddyBeer s’écoute désormais sur SoundCloud

Les vidéos c’est bien, mais parfois, ne serait-ce que pour économiser la bande passante, le son suffit.

Et du coup voilà, c’est fait, TeddyBeer arrive sur SoundCloud.

Who Brings Beer?, une setlist pour réécouter les meilleurs live de TeddyBeer.

Notre premier partage est une compilation des meilleurs enregistrements live, 100% naturels, sans guacamole. Qui sait, un jour TeddyBeer trouvera peut-être le temps (et l’argent) pour s’enregistrer un EP en sudio, mais d’ici là, on vous partagera des lives 🙂

We will, we will, rock you!

Illustration par Free-Photos de Pixabay

Confinés, mais libres !

Et oui, vendredi TeddyBeer n’a pas répété. C’est aussi rare qu’un crash d’Ethiopian Airlines, mais ça arrive. Ben oui, malgré son look badass, TeddyBeer respecte les règles… et il faut dire surtout que les studios étaient fermés.

Bref, quand on tourne en rond chez soi, on cherche des moyens de faire passer le temps. Du coup on s’amuse à s’enregistrer, on bosse la technique ou on se rappelle nos dernières dates.

Et pour l’occasion on vous partage donc Get Free, dont le titre colle bien au contexte actuel… Personne vous en voudra si vous beuglez les paroles. Hier, quand j’ai fini le montage, j’ai mis le son à fond et tout le monde est sorti sur son balcon pour applaudir le rendu !

I wanna get free, I wanna get free, I wanna get free, ride into the sun…

Et pourtant, cette chanson, c’était à la fin du concert, djib avait la voix bien fatiguée, une GoPro avait rendu l’âme… loin d’être parfaite donc, mais ça fait quand même du bien à revoir et réécouter.

Et puis si vous aviez raté TeddyBeer au QG, vous devriez avoir l’occasion de vous rattraper en mai ou en juin… enfin si les rassemblements de plus de 500 personnes sont autorisés à ces dates.

Peace!

Deux nouvelles vidéos

Pour se souvenir de ce concert du 13 février, nous vous offrons deux nouveaux enregistrements live.

Merci pour vos likes et votre soutien, et à très bientôt.

Lonely Boy, un nouvel ajout à notre répertoire
Basket Case, un morceau qui nous suit depuis les débuts du groupe

13 février, une belle date

L’ambiance était chaude jeudi dernier. Déjà, l’accueil au QG était franchement sympathique. On se sent direct à la maison, les patrons aiment la musique, ils aiment le rock et ça se sent.

Début des balances vers 18h30, avec comme d’hab’ les petits coup de stress : une pièce du Charley qui s’est fait la malle, les câbles XLR trop courts, la table qui refuse d’envoyer du son dans les retours, et quelques regards interrogateurs du patron, Chris, qui finit par nous demander où sont nos amplis… C’est pas habituel de voir un groupe de rock sans leurs « lampes », mais depuis le Cavern, on s’est vite habitués à jouer en direct sur la table.

TeddyBeer avec Christophe Géronimo

Vers 20h, on part à la Trattoria da Gigi, magnifique petit restaurant convivial juste à côté du QG. Accueil royal, pizzas excellentes, bon vin… Cette adresse, on se la note dans un coin de la tête !

À 21h, RollerCoaster ouvrent leur set. C’est une nouvelle configuration qui joue sur scène, et ça décoiffe ! Benjamin a toujours son beau grain de voix, Stéphane son style de basse médiator-digital extraordinaire, Matthieu envoie du lourd à la batterie et Thomas balance des solos sur sa PRS. Les refrains se font à trois voix, c’est mélodique et c’est puissant. Le capteur sonore titille les 110 dB !

RollerCoaster dans une nouvelle configuration toujours aussi efficace

À 22h15, c’est TeddyBeer qui ouvre sur un Back in Black qu’on vous avait déjà proposé en enregistrement live d’une répétition. Puis on continue sur du pur rock avec les Clash, Noir Désir et Lenny Kravitz.

TeddyBeer assume ensuite toujours fièrement son ouverture blues, en claquant une reprise rock de Cocaine. Ça décoiffe :

Cocaine, by TeddyBeer

La soirée continue, et Guillaume, qui sort de grippe, demande une pause : ses courbatures se transforment en crampe. Heureusement, une jeune et jolie kiné – que Guillaume avait probablement repérée – se dévoue pour détendre notre batteur préféré.

Comment meubler ? Après Diane à la fête de la musique 2019 qui nous avait interprété une version magique de l’homme pressé, c’est Matthieu de RollerCoaster qui viendra jouer avec nous Sweet Child O’Mine des Guns. Un belle paire de cojones de remplacer au pied levé l’un des meilleurs batteurs de Paname ! Et il le fera très bien.

Puis c’est Gérald, recommandé par Chris, qui nous rejoint sur scène. S’organise alors un chicago blues fortement inspiré de Sweet Home Chicago. Gérald revient des States et ça se sent : son texas shuffle est parfait, bien au fond du temps, et Alain s’en donne à cœur joie. Les solos blues, c’est sa langue maternelle !

Guillaume nous rejoint, frais comme un gardon. TeddyBeer joue alors la fin de son set, et comme le veut la tradition, ça tabasse : Nirvana, Rage Against the Machine, The Vines…

TeddyBeer envoie du lourd !

Il plus de minuit quand on s’arrête de jouer. Chris vient nous voir : le QG nous veut pour deux autres dates ! Si vous avez raté cette soirée RollerCoaster+TeddyBeer, vous aurez donc l’occasion de vous rattraper. Une date est déjà fixée : le 21 juin, fête de la musique.

Yeah baby, yeah!