Présentation des ex-membres : Brian, batteur

Brian – Batteur

Angoissé par le bruit depuis toujours il décide d’apprendre la batterie pour mieux connaître son ennemi, puis l’adolescence et les ravages de l’égo l’ont poussé à tenter l’expérience du chant sur scène. Ainsi pendant 8 ans l’expérience fut concluante, du moins pour le chant… pour l’égo c’est pas sûr !

C’est pour quoi, une fois assagi par la trentaine et les ravages de la crise associée, il décide d’œuvrer pour la musique mais de façon militante et écologique. Partant du constat qu’aujourd’hui le monde des batteurs est gangrené par la « mal-batterie » à l’instar de la « mal-bouffe », il se lance dans une analyse du problème avec une approche psycho-acoustique : les batteurs qui ne comprennent pas que trop de break tue le break ont en réalité un gros problème d’égo et ont du mal à comprendre que simplicité et efficacité sont les clefs d’une piste de batterie réussie.

Fort de cette analyse il commence développer son propre jeu biologique (non il ne s’agit pas de jouer avec des baguettes en bambou ou encore de jouer pieds nus, il aime à rappeler d’ailleurs que jouer pieds nus sur une scène est dangereux mais que ça n’est pas son combat), laissant aux chanteurs le soin d’en faire autant qu’ils veulent.  Sa frappe simple n’a qu’une vocation d’accompagnement juste et respectueux de l’environnement socio-acoustique.

13 commentaires

  1. J’ai beaucoup d’amiration pour ce batteur et son principe d’éco-batterie.

  2. Brian a le sens de l’interpretation, quand il s’approprie un morceau son style devient unique, il a sa patte.

  3. Non mai ce mec laiss tomber koi ! Après le concert jte jure je le met dans mon li pour qu’il tapp sur mon corp com sur sa batterie quoi !!!

  4. J’ai eu un avant et un après Brian, il a changé ma vision de l’utilisation de la grosse caisse.
    J’étais là le jour où il a brisé la pédale en 2, rien n’a jamais été pareil ensuite pour moi …

  5. Je confirme Monsieur Portnoy, Brian peut me faire hurler toute la nuit s’il est en forme !

  6. Avant j’avais adopté un Jean-Michel. Depuis l’orgelet de sa grand mère, il n’était plus le même : Il en mettait plein partout pendant les breaks, n’arrêtait pas de réclamer des valses… Je l’ai même vu faire en cachette un chabada avec ses balais ! Bref, à contre cœur j’ai du m’en séparer. Heureusement que Brian, batteur, passait par là. Solide comme un roc, c’est le seul batteur que je connaisse qui n’accélère pas avant la fin du voyage sur l’autoroute. L’essayer, c’est l’adopter !

  7. Je mouille Brian ! Pour que j’apprécie le style biologique dans toute sa profondeur, envoie-moi une vidéo de toi qui joue torse nu en pleine nature !

Laisser un commentaire